« Il » de Derek Van Arman

Chronique de Il de Derek Van Arman  par Ma Sorcière Bien-Aimée

Chronique de Il de Derek Van Arman par Ma Sorcière Bien-Aimée

Vous aimez Seven, Le silence des agneaux de Harris, Michael Connelly.
Vous aimez avoir des frissons, vous aimez le suspense.
Voici ma potion :

Il c’est l’histoire d’une chasse à l’homme, disons plutôt aux hommes car ce n’est pas un mais plusieurs serial killers que Jack Scott et son équipe essaient d’attraper, tout ça en seulement quatre jours.

Jack Scott, directeur du Vicat, un département fédéral qui s’occupe des crimes violents et notamment des criminels en série, va faire équipe avec Frank Rivers, jeune flic un peu désabusé, traumatisé par son passage suspect au Vietnam.

On plonge directement dans le sujet, avec le meurtre d’une femme et de ses deux filles d’une manière particulièrement atroce. En parallèle Elmer, un petit garçon, fait une découverte macabre dans un vieux bowling. Cette découverte va relancer Jack Scott sur une piste qu’il pensait éteinte.

Il est un roman choral, les chapitres alternent entre le point de vue des enquêteurs et celui des meurtriers. Un criminel qui officie depuis des dizaines d’années et un duo d’assassins qui sillonne l’Amérique en quête de victimes.

Le lecteur est amené à rentrer dans la tête de ces tueurs, à suivre les préparatifs des meurtres, et à assister à ces exécutions, tout en essayant vainement de comprendre les motivations de ces hommes aux cerveaux dérangés. Il rentre aussi complètement dans les méthodes d’investigation du FBI, tellement bien décrites que l’auteur a eu quelques soucis à la sortie du livre car il délivre au public des choses que le gouvernement ne voulait pas dévoiler.

Ce roman c’est une plongée dans le mal, dans ce qu’il peut y avoir de plus noir dans l’âme humaine. Il y a du suspense du début à la fin, on est happé par cette traque, par cette course poursuite intense, on frémit de voir toute cette violence , d’imaginer que son voisin est peut-être un de ces tueurs en série et on tremble surtout quand on sent que le dénouement est proche.

Edition: Sonatine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.