La Familia Grande de Camille Kouchner

Aujourd’hui je vous parle de “la Familia grande” de Camille Kouchner, édité chez Points.

A moins que vous ayez été enfermé dans une cave ou bien que vous ayez passé toute l’année dernière à l’étranger, vous n’avez pas pu passer à côté du scandale que ce livre a causé. Tant et si bien que tout le monde pouvait en parler sans même l’avoir lu. Je préfère toujours me faire mon propre avis et j’attendais sa sortie poche pour enfin le lire.

Je ne sais pas s’il est utile que je reparle du sujet du livre. Mais pour les quelques qui étaient dans une cave, il s’agit de l’histoire de la famille de Camille Kouchner. Fille de Bernard, plusieurs fois ministre, et de Evelyne Pisier, professeur de droit et politologue et belle-fille de Olivier Duhamel, lui aussi politologue et éditorialiste à la radio. Elle raconte l’enfance particulière qu’elle et ses frères ont eu dans cette famille où tout était permis. Enfance enchantée qui prend fin quand Camille comprend que son beau-père pratique des attouchements sur son frère jumeau. Elle ne dit rien mais le secret va agir comme un poison lent jusqu’à la révélation.

Les secrets de famille, vaste sujet mais qui, ici, a une résonnance particulière du fait de la notoriété des protagonistes. Dans cette famille d’intellectuels se cachait le plus méprisable des hommes et tout le monde s’est entendu pour ne rien révéler, réduisant à néant la souffrance de Victor, le frère de Camille. Quel est le pire dans cette histoire ? L’acte en lui-même ou l’omerta de la famille sur le sujet ? Comment se reconstruire quand l’abus dont on a été victime est nié par son entourage ?

Un récit romancé qui emmène beaucoup de questions sur le sujet de l’inceste et de la parole donnée aux victimes. Intéressant !

After de Stephen King

Ceux qui me connaissent un peu savent mon attachement à Stephen King. Je crois que c’est avec lui que j’ai eu mes premiers frissons, avec lui que j’ai compris que la littérature pouvait aussi procurer ce genre de sentiments, la trouille littéralement. Je suis toujours restée fidèle même si quelques fois le King a pu me décevoir, mais après tout qui peut se vanter d’être toujours au top ?

Ici on est sur un opus un peu faible, il est relativement court et l’histoire peut se résumer en une phrase.

Jamie voit des morts et ce “pouvoir” va lui causer quelques ennuis.

Même si à plusieurs reprises, le narrateur nous dit “ceci est une histoire d’épouvante, je vous avais prévenu”, je dois avouer que je n’ai rien lu qui soit effrayant, loin de là.

Un roman de Stephen King qui ne fait pas du tout flipper, c’est décevant, on attend toujours le moment où il va nous surprendre. Ici point de surprise.

Allez, vivement le suivant !!

De meilleurs lendemains

Après ces quelques mois de silence, il était temps pour moi de vous tenir au courant de l’avancée du projet. Je rencontre régulièrement certains d’entre vous qui sont impatients de savoir ce qu’il en est.

J’ai attendu d’avoir toutes les réponses en main pour pouvoir vous informer.

On peut dire que ces derniers mois ont été comme des montagnes russes pour moi, un jour euphorique, le lendemain désespéré. L’entreprenariat n’est pas une sinécure, il faut avoir les reins solides et les dents acérées. Et pour que tout roule pour le mieux, il est demandé d’avoir un bagage pécuniaire substantiel. Chose qui m’a fait défaut. Il a donc fallu que j’aille frapper partout où je pouvais afin de réunir la somme qui me permettrait de débloquer un prêt. Prêt qui, sur le principe, m’avait été accordé.

Hélas la période étant compliquée pour tout le monde, les cordons des subventions ne se desserrent pas si facilement. « Vous êtes trop ceci, pas assez cela.. », il y avait toujours quelque chose qui n’allait pas. On a remis en cause beaucoup de mes idées, beaucoup de mes choix pour finir par me dire que si je voulais persévérer, grand bien me fasse mais que ça serait sans eux.

Vous n’êtes pas non plus sans ignorer la situation dans laquelle nous sommes, Yohan et moi. Quand une aventure comme celle que nous avons vécu prend fin, c’est toujours un moment particulier. Loin de nous l’idée d’y voir un échec, au contraire toutes les expériences sont bonnes à prendre et ce fut même pour moi le signal de voler de mes propres ailes.

Je crois que vous comprenez où je veux en venir. Au vu de notre situation personnelle, la banque qui me suivait a décidé de retirer son offre de prêt, ce que je conçois tout à fait. Pas de rancœur envers ceux qui ont cru en moi malgré tout.

Entendons-nous bien, ceci n’est pas un abandon du projet, c’est juste un délai, un report. Le temps de remettre les choses à plat, d’assainir notre vie au mieux.

Bien évidemment toutes les personnes qui ont participé à ma collecte sur Ulule recevront les contreparties attendues. Collecte qui n’a pas été vaine car elle m’a permis de financer la création de la société, les visuels pour les futures contreparties, la création des plans et les travaux entamés dans le local.

Il n’y aura pas encore de librairie « physique » mais je planche sur d’autres manières de vous prodiguer mes conseils.

Vous entendrez parler de moi plus tôt que vous ne l’imaginez !

« Leurs enfants après eux » de Nicolas Mathieu

« Leurs enfants après eux » de Nicolas Mathieu
Chroniques de livres et conseils de lecture

 

Quatre étés de 1992 à 1998, qui racontent la vie de quelques adolescents dans un ville de l’Est. Une ville touchée par le chômage suite à l’arrêt des hauts-fourneaux. Les pères n’ont plus de travail et boivent des coups au bar du coin, les jeunes traînent leur mal-être.

Anthony a quatorze ans. Avec son cousin ils bravent les interdits afin de vivre un peu et rompre la monotonie ambiante. Hacine, lui, a 16 ans et c’est le petit caïd de banlieue. Stéphanie ne rêve que d’une chose, partir loin d’ici.

Chronique sociale d’une vallée industrielle à l’abandon, « Leurs enfants après eux » c’est aussi la chronique de la jeunesse de l’époque, avec ce que ça comporte de violence, de sexe, d’alcool, tout ça sous fond de racisme.

Nicolas Mathieu nous donne à penser avec son écriture intense, très juste, et des dialogues au plus près de la réalité. Des personnages d’une terrible vérité. Un texte bouleversant empreint de poèsie et de mélancolie.

Une très belle plume à suivre de près.

Editions Actes Sud.

« Helena » de Jérémy Fel

"Helena" de Jérémy Fel. Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.
« Helena » de Jérémy Fel. Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.

Vous aimez les ambiances oppressantes?
Vous aviez lu et aimé « Les loups à leur porte »?
Voici ma potion:

Kansas, Etats-Unis.

Hayley, 17 ans, prend la route pour aller chez sa tante.Elle doit s’entrainer pour un tournoi de golf auquel elle va participer. Elle s’est inscrite à ce tournoi un peu pour rendre hommage à sa défunte mère qui avait de grands espoirs pour elle dans ce sport.

Mais en chemin, elle tombe en panne. Elle choisit de quitter l’autoroute afin de trouver un garage mais elle se retrouve immobilisée sur le bord d’une petite route de campagne. Pour elle c’est l’enfer qui commence.

Heureusement Norma,  une mère de famille qui habite à côté, se trouve à passer par là et lui propose de l’emmener chez elle afin d’appeler un dépanneur. Le courant passe instantanément entre les deux femmes.

Voilà comment le destin fait se rencontrer deux personnes. Destin qui se joue des gens et va chambouler la vie de toute une famille.

Jérémy Fel revient trois ans après « Les loups à leur porte« . Un premier roman qui avait beaucoup marqué par son intensité et sa violence. Et le moins que l’on puisse dire c’est que l’auteur ne déçoit pas nos attentes.

« Helena » c’est un thriller écrit au cordeau qui distille une tension latente. Le lecteur est pendu aux mots, aux phrases de l’auteur. Il nous tient en haleine du début à la fin, avec des personnages fouillés, travaillés.  Ils ont tous à leur manière des motivations sensées. Norma, Hayley et Tommy tombent, malgré eux, dans une spirale terrible et le lecteur est aussi entrainé, on frémit de ce qui va leur arriver.

Véritable ode à la violence et au malaise, « Helena » est à part de tout ce qui se fait de nos jours en littérature française. Si on devait comparer Jérémy Fel à un auteur ça serait certainement à Stephen King, dans sa manière d’instiller une tension, un trouble, sans trop en dire, tout en nuance.

Ce roman met en lumière la puissance de l’amour maternelle, ce qu’une mère est prête à faire pour sauver ses enfants. L’importance des actes d’une mère sur le futur de son enfant.

Jérémy Fel joue aussi avec le hasard et donc l’idée de destin. Comme quoi il ne tient à pas grand chose que votre vie bascule dans le bien ou le mal. On peut tous à tout moment passer la barrière morale qui nous fait tenir du bon côté. Et si vous vous demandez qui est Helena, et bien je vous laisse le découvrir.

Un livre qui va vous prendre aux tripes.

Editions Rivages

L’homme qui voulait être heureux de Laurent Gounelle

 

 

Alors qu’il est en vacances à Bali, le protagoniste de l’histoire décide d’aller voir un célèbre guérisseur du coin. Il aurait soigné les plus grands dirigeants.

Il n’est pas vraiment malade, ne sait pas vraiment pourquoi il choisit d’y aller mais il y va.

Commence ensuite un échange de quelques jours entre les deux hommes, où notre héros va prendre conscience que nous sommes les seuls responsables de notre bonheur.

Adepte de développement personnel ce livre est pour vous, les autres, passer votre chemin.

Des préceptes de vie un peu faciles je vous l’accorde mais qu’il est quand même bon de rappeler.

Un livre très facile et rapide à lire, alors n’hésitez pas à vous y plonger.

Edition Pocket

Ma part de Gaulois de Magyd Cherfi

 

  Magyd Cherfi, parolier et chanteur de Zebda, raconte l’année où il a passé son bac. Une formalité pour un « français » mais un évènement pour un « indigène ».

En 1981, en banlieue toulousaine, Magyd écrit des poèmes et se fait malmener parce qu’il passe pour un intello. Sa mère attend de lui qu’il passe son bac, consécration pour ces immigrés maghrébins.

Magyd Cherfi raconte son adolescence mais c’est l’histoire de toute une génération qu’il met en avant et qu’il représente.

Crise identitaire, intégration, banlieue, il nous parle de tout ça de manière inimitable, avec humour, détachement mais aussi avec beaucoup d’émotion.

Instructif et nécessaire.

Edition Actes Sud

 

« Je me remémorais nos années d’ados qui nous avaient vus tous les deux privés de foot et de jeux avec les copains, interdits de bon temps et d’aventures de cape et d’épée, sauf que moi j’avais trouvé un véhicule qui m’emmenait beaucoup plus loin que le terrain de foot : l’écriture. Lui s’ennuyait et rongeait son frein avec des envies de vengeance quand je rêvais d’en découdre avec les mots. Des mots qu’il n’avait pas. Il n’avait que l’élasticité de son corps pour s’exprimer, un corps allumé par une âme rancunière. Méchante mixture.  »

« On a été français un temps, le temps de la petite école qui nous voulait égaux en droits. On a aimé ce « nous » qui nous a faits frères avec les « cheveux lisses ». On ne savait rien d’une quelconque histoire nous concernant, pas la moindre référence d’un grand homme de lettres, d’un poète, d’un peintre, d’un architecte de Béjaïa ou d’Alger, rien d’un sportif de Sidi Bel-Abbès ou d’un exploit auquel s’identifier. Alors on s’est aggrippés au conte gaulois, aux pages pleines de héros blonds aux yeux d’émeraude et on trouvait ça chouette d’être blond, d’avoir les yeux bleus. »

« Wild » de Cheryl Strayed

"Wild" de Cheryl Strayed. Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.
« Wild » de Cheryl Strayed. Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.

Vous aimez l’aventure?
Envie de lire un roman motivant?
Voici ma potion:

Cheryl a 26 ans. Elle est à un tournant de sa vie. Elle vient de divorcer de Paul avec qui elle s’était mariée très jeune. Suite au décès prématuré de sa mère, quelques années plus tôt, sa famille a explosé. Sa mère,qui en était le pilier, a élevé trois enfants toute seule après avoir quitté son mari violent et elle a toujours montré beaucoup d’indépendence et de courage. Cheryl a toujours été très proche d’elle et sa mort brutale l’a complètement chamboulé.

Sur un coup de tête elle décide de partir faire une grande randonnée, la Pacific Crest Trail (PCT). C’est un chemin de randonnée qui démarre à la frontière mexicaine et finit à la frontière canadienne et qui suit tous les massifs et parcs nationaux de la côte ouest américaine. Cheryl choisit de commencer en Californie et d’aller jusqu’à l’état de l’Oregon.

Elle part préparée selon elle, mais un peu inconsciente. Elle est loin de se douter de l’aventure qui l’attend.

Wild c’est donc le témoignage d’une femme qui part sur les chemins afin de retrouver le sien. Elle va marcher, marcher jusqu’à en perdre ses ongles, jusqu’à se faire des escarres sur le corps à cause du poids monstrueux de son sac. Mais jamais elle ne va abandonner.

Cheryl Strayed, par son histoire, donne du courage à ses lecteurs. Elle est la preuve vivante que quand on veut, on peut, que tout n’est que volonté. Tout le long cette femme seule va parcourir 1700 kms, en proie aux prédateurs (animaux ou humains), mais elle va aussi faire des rencontres qui vont lui permettre de progresser.

Quand on ferme son livre (à regret car on aimerait être encore avec elle sur les routes) on ne peut qu’être motivé et inspiré!

Editions 10/18

« La Tresse » de Laetitia Colombani

"La tresse" de Laetitia Colombani. Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.
« La tresse » de Laetitia Colombani. Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.

Vous aimez les romans qui racontent des destins de femmes?
Envie d’une histoire passionnante?
Voici ma potion:

Le lecteur suit l’histoire de trois femmes. Chacune sur un continent différent.

Smita vit en Inde. C’est une Intouchable, elle fait partie de la caste la plus basse et s’occupe des tâches les plus ingrates. Elle survit avec son mari et sa fille en nettoyant les dêchets des castes supérieures. Elle subit sa condition mais a des grands espoirs pour sa petite fille. Smita veut la sortir de cette vie là, elle souhaite que sa fille est une meilleure vie.

Giulia est en SIcile. Elle travaille dans l’atelier de son père qui confectionne des perruques avec de vrais cheveux. Celui-ci est victime d’une accident et Giulia va devoir reprendre le flambeau.

Sarah, elle, est une brilliante avocate au Canada. Mére célibataire de trois enfants, elle mène de front sa carrière et sa vie de famille. Elle apprend qu’elle est atteinte d’un cancer au moment où elle doit avoir une promotion. Avec sa force de caractère, elle décide de cacher sa maladie à tous le monde.

Par alternance de chapitre nous allons voir évoluer ces trois femmes, chacune dans leur combat respectif. Smita pour accéder à la dignité et à la liberté, Giulia pour assumer son rôle  et sauver l’entreprise familiale et Sarah pour se sauver elle-même et combattre la maladie.

Trois histoires de combattantes donc, de femmes qui vont prendre leur vie en main malgré leur condition et leur entourage. Trois femmes dont les destions sont liés.

Laetitia Colombani nous offre un magnifique éloge à la femme. Avec une écriture très fluide et légère elle propose un roman plein d’espoir et de positivité. C’est un roman lumineux et touchant qui ne laissera personne insensible.

Un premier roman plus que réussi, plébiscité par tous!

Edition Le Livre de Poche.

« La petite amie » de Michelle Frances

"La petite amie" de Michelle Frances. Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.
« La petite amie » de Michelle Frances. Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.

Vous cherchez un bon thriller à lire au bord de la piscine?
Vous aimez les suspenses psychologiques?
Voici ma potion:

Laura est une femme comblée. Elle travaille pour la télé où elle crée des séries, elle est mariée à un homme qui a réussi et elle a un fils magnifique avec qui elle entretient une belle relation et qui est destiné à une belle carrière de médecin.

Ce petit bonheur va se trouver perturber par l’arrivée d’une jeune femme. En effet son fils, Daniel, rencontre Cherry alors qu’il cherche un appartement. Elle travaille dans l’agence immobilière où il est venu trouver le logement qui lui  permettra de prendre son indépendance. Très rapidement Daniel va s’enticher de la jeune femme et va même la présenter à sa mère qui s’est toujours montrée assez possessive.

Le problème c’est que le courant ne passe pas du tout entre Laura et Cherry. Celle-ci s’immisce de plus en plus dans leur vie, jusqu’à les accompagner en vacances alors que leur relation est toute récente.

Laura découvre alors des petites choses qui lui mettent le doute sur la sincérité de Cherry et sur ses intentions.

Bien entendu on se doute de suite que les deux femmes vont s’affronter, que la mère va se montrer un peu trop possessive mais l’auteur Michelle Frances parvient à surprendre le lecteur avec des rebondissements et à installer une tension tout au long du roman. On se demande jusqu’au bout ce qui va se passer entre les deux femmes.

Intense et prenant « la petite amie » est un très bon thriller psychologique à lire cet été.

Editions L’Archipel