« Au fond de l’eau » de Paula Hawkins

"au fond de l'eau" de Paula Hawkins. Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.

« au fond de l’eau » de Paula Hawkins. Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.

Vous avez aimé « La fille du train »?
Vous avez envie de plonger dans un bon thriller?
Voici ma potion :

Le corps de Nel est retrouvé dans la rivière qui traverse Beckford. Elle s’est noyée dans ce qu’on appelle là-bas « le bassin aux noyées ». De nombreuses femmes au cours des années, des siècles précédents ont choisi ce lieu pour mourir.

Quelques jours avant, Nel avait essayé de joindre sa sœur, Julia, mais celle-ci n’avait pas voulu répondre. Le deux sœurs étant en froid depuis très longtemps.

Voilà Julia qui revient dans la maison familiale afin de s’occuper de Lena, sa nièce, une ado rebelle et indépendante, qu’elle ne connait pas.

Tout ce qui entoure la mort de Nel est étrange.Tout le monde pense évidemment à un suicide.D’autant plus qu’elle écrivait un livre sur les noyées de la rivière.

Paula Hawkins nous offre un panel de personnages féminins très intéressant. De beaux portraits étoffés psychologiquement, toutes ces femmes sont empêtrées dans leur passé, trop lourd à porter.

Une ambiance pesante règne sur cette petite ville. Les chapitres courts donnent un bon rythme au roman. Quand vous rentrerez dans cette histoire, il sera ensuite difficile d’en sortir.

En résumé, une bonne intrigue, des personnages de femmes prisonnières de leur passé, du suspense et des rebondissements.

Édition Sonatine

« Les corps inutiles » de Delphine Bertholon

"les corps inutiles" de Delphine Bertholon. Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.

« les corps inutiles » de Delphine Bertholon. Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.

Vous cherchez un beau livre sur l’adolescence?
Vous aimez les personnages intenses?
Voici ma potion:

Clémence a quinze ans. Elle se prépare pour aller à une fête chez des copains. C’est la fin des années collège.

En chemin, elle se fait agresser. Un homme tente de la violer. Heureusement, il ne peut pas l’emmener où il voulait et s’enfuit en ne l’ayant que « toucher ».

Mais voilà, même s’il n’y a pas eu viol physique, Clémence se sent violée psychologiquement. Elle ne va rien dire à personne, ne va pas savoir comment en parler.

Quinze ans plus tard, Clémence est une jeune femme solitaire et célibataire. Après avoir été maquilleuse professionnelle pour le cinéma, elle a décidé de tout quitter pour maquiller des poupées grandeur nature destinées aux hommes seuls pour une entreprise appelée « la Clinique ».

« Les Corps Inutiles » c’est l’histoire d’une fille dont la vie est dévastée par une agression, une fille qui ne pourra plus jamais être la même , qui n’arrivera pas à passer à autre chose.

Chaque 29 du mois elle se sent obligée de fêter ce sinistre anniversaire en appâtant des hommes et en passant la nuit avec eux, sans jamais rien ressentir , comme une punition qu’elle s’infligerait à elle-même.

C’est un roman sur l’hypersensibilité mais aussi sur « l’hyposensibilité ». Depuis son agression Clémence ne ressent plus rien, ni le chaud ni le froid, mais ne ressent plus rien non plus dans son coeur. Elle n’aime personne.

Clémence est un personnage tendu, attachant, émouvant mais aussi énervant. On l’aime et on a envie qu’elle s’en sorte. A son mal-être s’ajoute le manque de communication qu’il y a toujours eu avec ses parents. Elle est isolée dans sa détresse.

L’écriture de Delphine Bertholon est dense, intense, sur le fil, elle ne nous cache rien et ne s’interdit rien. Un portrait sans concession.

Je vous conseille ce beau livre sur les blessures et la résilience.

Édition Le livre de Poche

« Mon midi, mon minuit » de Anna McPartlin

"Mon midi mon minuit" de Anna McPartlin. Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.

« Mon midi mon minuit » de Anna McPartlin. Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.

Envie d’une histoire qui vous remue les tripes?
Vous aimez les romans sur l’amitié?
Voici ma potion:

Emma a tout pour être heureuse, un amoureux depuis le lycée, John, une famille aimante, ouverte d’esprit, un super boulot,et une bande d’amis « à la vie à la mort ». Il y a Sean le meilleur ami de John, Clodagh, celle d’Emma, et le couple Anne et Richard.

Mais un soir de fiesta,alors qu’ils rentraient chez eux John est renversé par une voiture, il meurt. Leur petit monde s’effondre tout à coup. Comment remonter la pente après ce drame? D’autant que chacun à sa façon doit faire son deuil.

Emma peut compter sur ses amis qui vont l’épauler du mieux qu’ils peuvent et surtout sur Sean, qui a bien du mal aussi à se remettre de la mort de son ami.

Le livre est écrit à la première personne, c’est Emma qui nous raconte son histoire. On est complètement en empathie avec elle, avec ce qui lui arrive. Elle ne sait pas comment continuer sa vie, sourire, aimer sans avoir l’impression de le trahir. Elle se sent coupable d’avoir envie de « passer à autre chose’.

Anna McPartlin a une très jolie plume. Elle écrit de manière très simple les évènements de la vie. On rit beaucoup de ce qui arrive à cette bande d’amis et on pleure aussi beaucoup. Ses personnages vivent des choses que n’importe qui peut vivre tous les jours.

Tout un panel d’émotion peut vous atteindre en lisant ce roman.

« Mon midi mon minuit’ n’est pas qu’un livre sur le deuil ou la capacité de reprendre gout à la vie. C’est aussi un magnifique livre sur l’amitié et un bon roman d’amour.

Édition Cherche Midi

 

« Mör » de Johana Gustawsson

"Mör"de Johana Gustawsson. Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.

« Mör »de Johana Gustawsson. Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.

Vous aimez les polars scandinaves?
Vous aimez particulièrement Camilla Lackberg?
Voici ma potion:

A Falkenberg, en Suède, un corps de femme atrocement mutilé est découvert sur les rives d’un lac.

Le lendemain à Londres, une célèbre actrice est enlevée devant chez elle, sa paire de chaussures abandonnée dans un sac congélation. La profileuse Emily Roy est appelée pour démêler tout ça.

Il s’avère que ces deux affaires portent la marque d’un tueur en série, Richard Hemfield, interné en hôpital psychiatrique depuis dix ans. Il enlevait des femmes, qu’il gardait séquestrées quelques jours, puis il les étranglait et les dépeçait. A chaque enlèvement il laissait les chaussures des victimes. S’agit-il d’un copycat? « le tueur de Tower Hamlets » avait-il un complice? Est-il innocent?

Emily Roy, aidée de Alexis Castells, l’écrivain qui avait mené l’enquête à l’époque, ainsi que de la brigade de Falkenberg, va essayer de mener à bien cette histoire qui remue le passé.

Deuxième roman de Johana Gustawsson, après le très remarqué « Block 46 », « Mör » est particulièrement efficace. L’auteur alterne les chapitres « d’aujourd’hui », avec des flashbacks qui racontent l’histoire du tueur. Le lecteur apprend au fur et à mesure ce qui a entrainé cette folie furieuse, l’assassin ne se contentant pas de les tuer et les dépecer, il les mange aussi.

Tous les personnages sont intéressants, approfondis, cela favorise l’intensité de l’histoire. L’auteur crée une véritable atmosphère oppressante, malgré les changements de décor, l’histoire oscillant entre Suède et Angleterre.

Johana Gustawsson sait vraiment y faire pour nous amener à tourner les pages jusqu’au dénouement final, forcément inattendu.

Vivement le troisième!

Édition Bragelonne

« Le cri »de Nicolas Beuglet

"le cri" de Nicolas Beuglet

« le cri » de Nicolas Beuglet. Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.

Envie d’un thriller efficace?
Vous aimez les histoires de conspiration?
Voici ma potion

A l’hôpital psychiatrique de Gaustad, en Norvège, un patient est retrouvé, mort étranglé. D’après les dires des premiers témoins il se serait lui-même donné la mort. L’inspectrice Sarah Geringen est dépêchée sur place. La diversion lui va bien, son mari vient de la quitter et elle ne sait pas où aller.

Dès les premiers instants elle sent qu’il se passe de drôles de choses dans cet hôpital. Le corps a été déplacé, le directeur semble vouloir classer l’affaire au plus vite, les témoins se contredisent et le patient a le chiffre 488 tatoué sur le front.

Sarah se retrouve alors embarquer dans une enquête qui va la mener à travers le globe, de Oslo à Paris, en passant par l’ile de l’Ascension et le Nevada. Elle va se donner corps et âme pour venir à bout de ce mystère et va rencontrer sur sa route un charmant journaliste français dont le frère décédé est mêlé à l’affaire.

Nicolas Beuglet nous alpague de suite. Il pose le paysage et l’ambiance avec une efficacité folle. Le personnage de l’inspectrice avec ses failles et ses doutes nous est immédiatement attachant. Il sait y faire pour décrire l’atmosphère glauque et oppressante de l’hôpital psychiatrique.

L’intrigue est complexe, mais le lecteur n’est jamais perdu. Intrigue qui n’est pas seulement policière car l’auteur nous entraine dans une histoire ayant trait à des recherches scientifiques et à la religion. Si un quart de ce que l’auteur raconte est vrai, ça fait froid dans le dos!

Le rythme est intense, vous ne pourrez pas lâcher ce roman avant de l’avoir fini.

Du suspense, une histoire incroyable, des personnages intéressants et inquiétants, « Le cri » et LE thriller à lire pour les amateurs du genre.

XO Édition