La Familia Grande de Camille Kouchner

Aujourd’hui je vous parle de “la Familia grande” de Camille Kouchner, édité chez Points.

A moins que vous ayez été enfermé dans une cave ou bien que vous ayez passé toute l’année dernière à l’étranger, vous n’avez pas pu passer à côté du scandale que ce livre a causé. Tant et si bien que tout le monde pouvait en parler sans même l’avoir lu. Je préfère toujours me faire mon propre avis et j’attendais sa sortie poche pour enfin le lire.

Je ne sais pas s’il est utile que je reparle du sujet du livre. Mais pour les quelques qui étaient dans une cave, il s’agit de l’histoire de la famille de Camille Kouchner. Fille de Bernard, plusieurs fois ministre, et de Evelyne Pisier, professeur de droit et politologue et belle-fille de Olivier Duhamel, lui aussi politologue et éditorialiste à la radio. Elle raconte l’enfance particulière qu’elle et ses frères ont eu dans cette famille où tout était permis. Enfance enchantée qui prend fin quand Camille comprend que son beau-père pratique des attouchements sur son frère jumeau. Elle ne dit rien mais le secret va agir comme un poison lent jusqu’à la révélation.

Les secrets de famille, vaste sujet mais qui, ici, a une résonnance particulière du fait de la notoriété des protagonistes. Dans cette famille d’intellectuels se cachait le plus méprisable des hommes et tout le monde s’est entendu pour ne rien révéler, réduisant à néant la souffrance de Victor, le frère de Camille. Quel est le pire dans cette histoire ? L’acte en lui-même ou l’omerta de la famille sur le sujet ? Comment se reconstruire quand l’abus dont on a été victime est nié par son entourage ?

Un récit romancé qui emmène beaucoup de questions sur le sujet de l’inceste et de la parole donnée aux victimes. Intéressant !

Ce qu’il faut de nuit de Laurent Petitmangin

Aujourd’hui je vous parle de “Ce qu’il faut de nuit” de Laurent Petitmangin, édité depuis peu au Livre de Poche.

C’est un livre dont on a beaucoup entendu parler l’année dernière lors de sa sortie en grand format. Il a d’ailleurs remporté quelques prix.

C’est l’histoire d’un homme qui se retrouve seul avec ses deux fils suite au décès de sa femme. Deux bons fils, sans problème, jusqu’au jour où le plus âgé est vu en compagnie de jeunes d’extrême droite. Le père cherche à comprendre sans vraiment poser de question. Le dialogue n’a jamais été au centre de la famille.

L’auteur propose un premier roman très touchant sur la parentalité et la transmission. Peut-on tout accepter de ses enfants ? Doit-on les soutenir coute que coute ? Est-on responsable de leur choix politique ? Autant de questions abordées dans ce court roman. Un roman qui est très juste dans les sentiments et les relations familiales qu’il traite. L’écriture est précise et poignante, Laurent Petitmangin cerne parfaitement les tourments de ce père.

Les louanges que j’avais lu sont tout à fait méritées.

L’avez-vous lu ?

After de Stephen King

Ceux qui me connaissent un peu savent mon attachement à Stephen King. Je crois que c’est avec lui que j’ai eu mes premiers frissons, avec lui que j’ai compris que la littérature pouvait aussi procurer ce genre de sentiments, la trouille littéralement. Je suis toujours restée fidèle même si quelques fois le King a pu me décevoir, mais après tout qui peut se vanter d’être toujours au top ?

Ici on est sur un opus un peu faible, il est relativement court et l’histoire peut se résumer en une phrase.

Jamie voit des morts et ce “pouvoir” va lui causer quelques ennuis.

Même si à plusieurs reprises, le narrateur nous dit “ceci est une histoire d’épouvante, je vous avais prévenu”, je dois avouer que je n’ai rien lu qui soit effrayant, loin de là.

Un roman de Stephen King qui ne fait pas du tout flipper, c’est décevant, on attend toujours le moment où il va nous surprendre. Ici point de surprise.

Allez, vivement le suivant !!

Black Manoo de Gauz

Aujourd’hui je vais vous parler de “Black Manoo” de Gauz que j’ai lu dans le cadre du prix du meilleur roman points.

Gauz, je le connaissais car j’avais lu “debout-payé” dans le cadre d’un autre prix littéraire et déjà j’avais pu noter l’originalité de son écriture, vraiment différente de ce qu’on pouvait lire à l’époque de sa sortie.

Black Manoo est ivoirien, Emmanuel de son prénom. Dans les années 90 il débarque en France avec un faux visa. Erudit, il connait la généalogie des rois de France par cœur, il n‘en est pas moins aussi accro au crack. Ses débuts à Belleville sont compliqués mais il réussit à se faire une place dans cette jungle urbaine.

Au travers de son parcours, Gauz nous donne à voir la vie des clandestins et migrants de l’époque. Grâce à sa prose colorée, musicale et souvent drôle, l’auteur nous fait entrer dans le quotidien de tous ses personnages. Ça peut paraitre léger, la forme est légère (ce qui n’est aucunement une critique) mais le fond est très fort. Une véritable plongée dans les quartiers populaires et la manière dans les gens à la marge, les invisibles, survivent.

Evidemment mention spéciale pour son héros qui donne véritablement à réfléchir sur notre société.

Connaissez vous cet auteur ou ses romans ??

« Le passager sans visage » de Nicolas Beuglet

Suite à sa précédente enquête qui fut un succès (cf « le dernier message »), Grace Campbell est dans les petits papiers de ses chefs, elle pourrait même s’octroyer quelques jours de repos. Mais un message déposé sur le pas de sa porte va perturber ce calme. Un message qui va lui faire rouvrir un pan de son passé qu’elle avait enterré.

Je n’ai pas envie d’en dire plus pour ne pas déflorer l’intrigue centrée sur Grace et qui va permettre au lecteur de mieux comprendre son comportement et sa personnalité complexe.

Comme d’habitude chez Nicolas Beuglet, l’histoire se déroule à cent à l’heure. L’héroïne n’a que quelques jours pour démêler tous les fils de l’enquête et le moins que l’on puisse dire c’est que ça déménage. Grace est dans une véritable quête de vérité et de vengeance dont l’issue sera l’apaisement de sa conscience et le fait de pouvoir enfin vivre normalement.

Il y a une vraie critique sous-jacente de nos sociétés modernes et du délitement de la culture, les arguments font frémir, on sent que l’auteur s’est bien documenté.

Un bon thriller qui éveille le questionnement.

XO Editions

De meilleurs lendemains

Après ces quelques mois de silence, il était temps pour moi de vous tenir au courant de l’avancée du projet. Je rencontre régulièrement certains d’entre vous qui sont impatients de savoir ce qu’il en est.

J’ai attendu d’avoir toutes les réponses en main pour pouvoir vous informer.

On peut dire que ces derniers mois ont été comme des montagnes russes pour moi, un jour euphorique, le lendemain désespéré. L’entreprenariat n’est pas une sinécure, il faut avoir les reins solides et les dents acérées. Et pour que tout roule pour le mieux, il est demandé d’avoir un bagage pécuniaire substantiel. Chose qui m’a fait défaut. Il a donc fallu que j’aille frapper partout où je pouvais afin de réunir la somme qui me permettrait de débloquer un prêt. Prêt qui, sur le principe, m’avait été accordé.

Hélas la période étant compliquée pour tout le monde, les cordons des subventions ne se desserrent pas si facilement. « Vous êtes trop ceci, pas assez cela.. », il y avait toujours quelque chose qui n’allait pas. On a remis en cause beaucoup de mes idées, beaucoup de mes choix pour finir par me dire que si je voulais persévérer, grand bien me fasse mais que ça serait sans eux.

Vous n’êtes pas non plus sans ignorer la situation dans laquelle nous sommes, Yohan et moi. Quand une aventure comme celle que nous avons vécu prend fin, c’est toujours un moment particulier. Loin de nous l’idée d’y voir un échec, au contraire toutes les expériences sont bonnes à prendre et ce fut même pour moi le signal de voler de mes propres ailes.

Je crois que vous comprenez où je veux en venir. Au vu de notre situation personnelle, la banque qui me suivait a décidé de retirer son offre de prêt, ce que je conçois tout à fait. Pas de rancœur envers ceux qui ont cru en moi malgré tout.

Entendons-nous bien, ceci n’est pas un abandon du projet, c’est juste un délai, un report. Le temps de remettre les choses à plat, d’assainir notre vie au mieux.

Bien évidemment toutes les personnes qui ont participé à ma collecte sur Ulule recevront les contreparties attendues. Collecte qui n’a pas été vaine car elle m’a permis de financer la création de la société, les visuels pour les futures contreparties, la création des plans et les travaux entamés dans le local.

Il n’y aura pas encore de librairie « physique » mais je planche sur d’autres manières de vous prodiguer mes conseils.

Vous entendrez parler de moi plus tôt que vous ne l’imaginez !

« Oh happy day » de Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat

Il est des livres que vous lisez par hasard, la couverture vous a plu, un ami vous l’a prêté. Et souvent ces livres là procurent de bonnes surprises. C’est le cas de celui-ci que j’ai eu la chance de pouvoir lire.

Pierre-Marie Sotto est un écrivain reconnu, récompensé par un Goncourt. Quatre ans auparavant il a mis fin à sa liaison avec Adeline Parmelan et il hésite aujourd’hui à la recontacter afin de récupérer un petit carnet qui pourrait lui redonner l’inspiration pour un nouveau roman.

Ce carnet est un bon prétexte pour renouer un lien avec cette femme qu’il aime toujours. Adeline a refait sa vie, se prépare à un grand déménagement mais elle répond à Pierre-Marie. Et leurs joutes littéraires reprennent.

Avec « Oh happy day » le lecteur peut renouer avec les grands romans épistolaires du 18ème siècle. Un échange de correspondance entre deux protagonistes qui permet de comprendre leur relation et leur motivation.

Un lien très fort uni Pierre-Marie et Adeline et on le voit ressurgir au fur et à mesure des mails qu’ils s’envoient. Comme une évidence il la recontacte au moment où elle en a le plus besoin. Et il n’y a pas que des échanges de lettres ou de mails dans ce roman ce qui donne encore plus de consistance à ces personnages.

Écrire à quatre mains ne doit pas être chose aisée mais les deux auteurs nous offrent une belle histoire d’amour ponctuée de moments assez rocambolesques. Une histoire d’amour entre séniors qui prouve que l’amour n’a pas d’âge.

Je n’ai pas lu « Et je danse aussi » où apparaissent pour la première fois Pierre-Marie et Adeline mais je n’ai pas eu l’impression d’avoir manqué des choses. Ça m’a par contre donné envie de m’y plonger!

Fleuve Éditions

« Leurs enfants après eux » de Nicolas Mathieu

« Leurs enfants après eux » de Nicolas Mathieu
Chroniques de livres et conseils de lecture

 

Quatre étés de 1992 à 1998, qui racontent la vie de quelques adolescents dans un ville de l’Est. Une ville touchée par le chômage suite à l’arrêt des hauts-fourneaux. Les pères n’ont plus de travail et boivent des coups au bar du coin, les jeunes traînent leur mal-être.

Anthony a quatorze ans. Avec son cousin ils bravent les interdits afin de vivre un peu et rompre la monotonie ambiante. Hacine, lui, a 16 ans et c’est le petit caïd de banlieue. Stéphanie ne rêve que d’une chose, partir loin d’ici.

Chronique sociale d’une vallée industrielle à l’abandon, « Leurs enfants après eux » c’est aussi la chronique de la jeunesse de l’époque, avec ce que ça comporte de violence, de sexe, d’alcool, tout ça sous fond de racisme.

Nicolas Mathieu nous donne à penser avec son écriture intense, très juste, et des dialogues au plus près de la réalité. Des personnages d’une terrible vérité. Un texte bouleversant empreint de poèsie et de mélancolie.

Une très belle plume à suivre de près.

Editions Actes Sud.

« Journal intime d’un touriste du bonheur » de Jonathan Lehmann

« Journal intime d’un touriste du bonheur » de Jonathan Lehmann
Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.

 

               Jonathan a tout plaqué. Il était avocat à Wall Street, s’adonnait à toutes sortes de drogues mais, au fond, il n’était pas heureux.  Lorqu’il a trente ans une amie lui fait connaître Eckhart Tolle et c’est la révélation, il découvre la méditation, tous les préceptes de vie qui vont avec et décide de partager tout ce qu’il apprend à travers un blog, « Les Antisèches du bonheur« .

En Novembre 2016 il part pour un grand voyage en Inde. Il va écumer les différents ashrams du pays afin de complèter son expérience. Il commence par « Vipassana », dix heures de méditation par jour pendant dix jours, sans parler.

Jonathan Lehmann nous embarque au plus près de ce qu’il vit pendant tout son séjour en Inde. Sans complaisance pour lui-même, il raconte souvent crûment tout ce qui lui arrive. Ses expériences en ashram , ses rencontres, souvent uniques et improbables, ses péripéties et surtout tout ce qui se passe en lui.

Son journal est vraiment très enrichissant et très instructif. On y apprend les divers courants spirituels qui existent, les différents modes de méditation et les méthodes pour les appliquer. Ce livre peut véritablement vous donner un coup de pouce pour changer votre mode de vie.

Alors si vous ne vous mettez pas à la méditation après ça, on ne peut plus rien pour vous!

Editions De La Martinière

 

« Helena » de Jérémy Fel

"Helena" de Jérémy Fel. Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.
« Helena » de Jérémy Fel. Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.

Vous aimez les ambiances oppressantes?
Vous aviez lu et aimé « Les loups à leur porte »?
Voici ma potion:

Kansas, Etats-Unis.

Hayley, 17 ans, prend la route pour aller chez sa tante.Elle doit s’entrainer pour un tournoi de golf auquel elle va participer. Elle s’est inscrite à ce tournoi un peu pour rendre hommage à sa défunte mère qui avait de grands espoirs pour elle dans ce sport.

Mais en chemin, elle tombe en panne. Elle choisit de quitter l’autoroute afin de trouver un garage mais elle se retrouve immobilisée sur le bord d’une petite route de campagne. Pour elle c’est l’enfer qui commence.

Heureusement Norma,  une mère de famille qui habite à côté, se trouve à passer par là et lui propose de l’emmener chez elle afin d’appeler un dépanneur. Le courant passe instantanément entre les deux femmes.

Voilà comment le destin fait se rencontrer deux personnes. Destin qui se joue des gens et va chambouler la vie de toute une famille.

Jérémy Fel revient trois ans après « Les loups à leur porte« . Un premier roman qui avait beaucoup marqué par son intensité et sa violence. Et le moins que l’on puisse dire c’est que l’auteur ne déçoit pas nos attentes.

« Helena » c’est un thriller écrit au cordeau qui distille une tension latente. Le lecteur est pendu aux mots, aux phrases de l’auteur. Il nous tient en haleine du début à la fin, avec des personnages fouillés, travaillés.  Ils ont tous à leur manière des motivations sensées. Norma, Hayley et Tommy tombent, malgré eux, dans une spirale terrible et le lecteur est aussi entrainé, on frémit de ce qui va leur arriver.

Véritable ode à la violence et au malaise, « Helena » est à part de tout ce qui se fait de nos jours en littérature française. Si on devait comparer Jérémy Fel à un auteur ça serait certainement à Stephen King, dans sa manière d’instiller une tension, un trouble, sans trop en dire, tout en nuance.

Ce roman met en lumière la puissance de l’amour maternelle, ce qu’une mère est prête à faire pour sauver ses enfants. L’importance des actes d’une mère sur le futur de son enfant.

Jérémy Fel joue aussi avec le hasard et donc l’idée de destin. Comme quoi il ne tient à pas grand chose que votre vie bascule dans le bien ou le mal. On peut tous à tout moment passer la barrière morale qui nous fait tenir du bon côté. Et si vous vous demandez qui est Helena, et bien je vous laisse le découvrir.

Un livre qui va vous prendre aux tripes.

Editions Rivages