« L’ours est un écrivain comme les autres » de William Kotzwinckle

"L'ours est un écrivain comme les autres" de William Kotzwinckle. Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.

« L’ours est un écrivain comme les autres » de William Kotzwinckle. Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.

Vous aimez les histoires décalées?
Vous avez envie d’une histoire insolite?
Voici ma potion:

Arthur Bramhall veut devenir écrivain. Petit prof d’université il décide de reprendre à son compte un roman déjà unanimement plébiscité. Malheureusement la cabane dans laquelle il s’était retranché pour écrire disparaît en fumée. Il se voit contraint d’écrire un nouveau roman. Échaudé par son premier essai, il décide, une fois son manuscrit fini, de le cacher dans une mallette au pied d’un arbre.

Mais un ours qui avait observé son manège déterre la mallette, se plonge dans la lecture du roman et y voyant un succès part pour New-York afin de se faire publier.

L’ours va faire sensation, son charisme ne va pas passer inaperçu et le livre va devenir un best-seller.

Voilà un point de départ pour le moins original.

L’auteur s’amuse à dépeindre le milieu de l’édition en s’en moquant allègrement. Personne ne s’aperçoit que ce fameux auteur, un peu bourru, est en fait un ours. William Kotzwinckle propose une critique grinçante de la société de consommation, avec des personnages hauts en couleur.

Le parallèle est fait entre l’ours qui s’humanise de plus en plus en devenant célèbre, qui profite pleinement des joies de la richesse et Arthur qui lui se transforme en ours et se retire dans une caverne pour hiberner.

« L’ours est un écrivain comme les autres » est un roman très drôle et très caustique qui vous fera passer un bon moment.

Édition 10/18

« Oh la vache! » de David Duchovny

"Oh la vache" de David Duchovny. Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.

« Oh la vache » de David Duchovny. Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.

Vous aimez les histoires farfelues?
Vous pensez que la vérité est ailleurs?
Voici ma potion:

C’est l’histoire d’une vache prénommée Elsie Bovary.

Elle vit dans une ferme américaine, elle a la belle vie, paisible avec sa copine Mallory. Elle mange de l’herbe, le fermier la traie matin et soir, elle se fait draguer par les taureaux du champ voisin. Bref tout va bien.

Jusqu’au jour où, prise d’une envie d’évasion, elle sort de son enclos et s’approchant de la ferme, elle voit à la télé le programme que regarde la famille du fermier. Elle comprend alors qu’elle n’est destinée qu’à être mangé et comprend aussi pourquoi sa mère a disparu du jour au lendemain. Apprenant qu’en Inde les vaches sont intouchables, elle décide de s’enfuir là-bas.

Elsie va être aidée dans son entreprise par un cochon, Shalom, anciennement Jerry avant sa conversion, qui lui veut aller en Israël, et par Tom, le dindon, qui veut aller en Turquie (turkey signifiant dindon en anglais ;-)) .

Tout ça peut sembler bien gentillet s’il n’y avait tout le fond que sous-entend David Duchovny. Il parle bien évidemment ici de nationalité, d’identité, de religion, de végétarisme, tout ça avec des animaux comme héros.

Pour son premier roman, Duchovny nous régale avec son humour déjanté et ses situations rocambolesques.

Une fable à lire avec délectation.

Édition Grasset

« Aide moi si tu peux » de Jérôme Attal

"Aide moi si tu peux" de Jérôme Attal. Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.

« Aide moi si tu peux » de Jérôme Attal. Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.

Vous avez envie d’un polar un brin déjanté?
Vous aimez les années 80 et les Beatles?
Voici ma potion:

Stéphane Caglia, dit Cague, est capitaine de police, et il a ses méthodes propres. Fan des années 80, il ne peut s’empêcher de tout ramener à cette fameuse décennie. Au grand dam de ses collègues ou interlocuteurs qui n’y comprennent rien.

Alors qu’il pense avoir démantelé le Souterrain Stellaire, organisation mafieuse, après des mois de mission en agent double, il retombe sur des anciens partenaires qui lui feraient bien la peau.

Parallèlement une enquête lui tombe sur les bras. Un homme assassiné par strangulation avec une corde de guitare (ré) détenait dans son congélateur la tête d’une jeune fille, Tamara, disparue depuis peu.

Caglia, accompagné de sa nouvelle coéquipière anglaise, Prudence Sparks, va se lancer dans cette affaire sous fond de musique des Beatles.

Le lecteur retrouve avec plaisir la plume de Jérôme Attal, toujours décalée et farfelue mais aussi touchante.

Ce capitaine de police n’est décidément pas ordinaire. Malgré des méthodes d’investigations et d’interrogatoires peu orthodoxes il fait souvent mouche. On ne sait si il est vraiment doué ou si il a beaucoup de chance. C’est ce qui fait aussi le charme de cette histoire et de ce personnage.

Jérôme Attal donne à ce polar une bonne dose d’humour et de dérision. Et pour les nostalgiques des années 80, il nous donne une bonne compilation de ce qui se faisait à cette époque.

On passe un très bon moment alors ne boudons pas notre plaisir.

Édition Robert Laffont

« Presque la mer » de Jérôme Attal

"Presque la mer" de Jérôme Attal. Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.

« Presque la mer » de Jérôme Attal. Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.

Vous avez envie d’un roman qui fasse du bien?
Vous aimez J.M.Erre ou David Safier?
Voici ma potion:

Frédéric termine ses études de médecine à Paris. Célibataire, il a consacré tout son temps à son futur métier.

Louise vient de Patelin, petit village perdu on ne sait où, loin de tout. Après un passage éclair à Paris où elle a passé un casting pour un télé-crochet et où l’un des jurés a cherché à abuser d’elle, elle rentre se morfondre dans son village.

Le docteur de ce fameux Patelin part à la retraite, il faut le remplacer. Et pour le remplacer et réussir à faire venir un jeune médecin chez eux, le maire et son conseil municipal ont une incroyable idée, faire croire au futur postulant qu’il y a la mer à Patelin. Les voilà donc qui mettent en scène tout le village pour qu’il est l’air d’un village balnéaire.

L’heureux élu n’est autre que Frédéric, fraîchement diplômé. Il déboule là-bas et croise Louise.

Jérôme Attal propose aux lecteurs un joli petit roman. Des personnages cocasses et décalés qui n’en restent pas moins très humains. Au fond, tous n’aspire qu’à une chose, être heureux. Des situations insolites et bourrées d’humour, mais tout ça toujours empreint d’une certaine mélancolie.

« Presque la mer » est un good-feeling book. Forcément vous aurez le sourire en le renfermant.

Edition Stéphane Million

« Une putain de catastrophe » de David Carkeet

"une putain de catastrophe" de David Carkeet. Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.

« une putain de catastrophe » de David Carkeet. Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.

Vous avez envie d’une bonne comédie anglaise écrite par un américain?
Vous avez aimé « Le linguiste était presque parfait« ?
Voici ma potion:

Notre linguiste, Jeremy Cook, ne travaille plus. L’institut du langage dans lequel il travaillait à fermer. Le voilà un peu désœuvré, d’autant plus que son histoire avec Paula n’a pas duré. Il est contacté par l’agence Pillow pour un travail. Cette agence s’occupe des problèmes de couple, des mariages en crise et ils résolvent les problèmes grâce au langage. Voilà qui devrait plaire à Jeremy.

Après une arrivée des plus rocambolesques dans les bureaux pour son entretien, il est engagé par Pillow lui-même. Dès le lendemain, il doit se rendre chez les Wilson et y passer quelques semaines afin de résoudre les problèmes que le couple rencontrent. Pour se faire il se doit de suivre le manuel Pillow, ce qui va engendrer des situations plus que cocasses.

David Carkeet nous régale une fois de plus avec son personnage de linguiste misanthrope. La présence du linguiste qui observe le couple en pleine crise est sujet de scènes drolatiques mais aussi touchantes.

Que ce soit Jeremy qui n’a jamais eu de relations stables et durables qui soit chargé d’aider ce couple est d’autant plus amusant.

Le lecteur se délecte tout le long de ce roman grâce à la plume de David Carkeet. Situations burlesques, personnages truculents (notamment celui de Pillow), tout est là pour faire de ce roman une très bonne comédie.

Véritablement jubilatoire.

Édition Monsieur Toussaint Louverture