6 Avril 2021

Ceux qui ont, un jour, essayé de concrétiser un projet qui leur tenait à cœur comprennent combien la période d’attente est compliquée. Cette période où tu as confié ton bébé à des gens qui vont l’étudier, le disséquer dans tous les sens afin de savoir si oui ou non ils vont te suivre. Pour eux c’est « juste » une question d’argent mais pour toi, c’est le projet d’une vie, la réalisation d’un rêve. Alors, bien sûr, difficile de mettre en avant cet argument en face de personne qui raisonne plutôt avec des chiffres et c’est bien dommage ! Si on prenait en compte plus souvent le désir et le ressenti , la volonté et le courage comme critères, on verrait éclore des idées novatrices qui, peut-être, révolutionneraient le monde.

On n’en est pas là avec ma librairie, je vous rassure. Mais, à ma petite échelle, si je peux contribuer à un renouveau, à un regain de culture et si ça change la vie d’une seule personne, c’est déjà beaucoup.

Voilà, vous l’aurez compris, j’attends. Le retour de banquiers, le retour de subventions demandées, l’objectif du financement participatif.

Je ne suis pas non plus dans l’inaction car je travaille la mise en place des rayons. Et il faut d’ailleurs une sacrée dose d’optimisme pour continuer à se projeter sans savoir si ça va se concrétiser. Je travaille donc aussi sur moi, comme on dit maintenant. Je médite, je fais du yoga, beaucoup de sport et surtout je profite de la forêt voisine pour me ressourcer.

Heureusement il y a le confinement ! Et l’école à la maison ! Quelle joie de retrouver ces moments de partage avec mon fils autour de ses cahiers d’école !

Non, je plaisante… Il y a un an j’ai été à deux doigts de vendre mon fils après une énième prise de tête autour d’un calcul ou d’une compréhension de texte, pas comprise. Autant vous dire que je redoutais de devoir recommencer. On est fait pour ça, ou pas. Cette fois-ci nous avons donc posé des bases solides, histoire que tout se passe dans le calme, sans heurt. Première séance réussie ce matin. Mais je ne crie pas victoire trop vite, on ne sait pas de quoi demain sera fait. Ce qui me rassure c’est que cette semaine d’école ne compte que quatre jours.

Et vous, vous la vivez comment cette école à la maison ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.