« Agatha Christie, le chapitre disparu » de Brigitte Kernel

"Agatha Christie, le chapitre disparu" de Brigitte Kernel. Critiques de livres et conseils de lecture par MLBA.

« Agatha Christie, le chapitre disparu » de Brigitte Kernel. Critiques de livres et conseils de lecture par MLBA.

Vous aimez Agatha Christie?
Vous aimez avoir le fin mot de l’histoire?
Voici ma potion:

Le mari d’Agatha la trompe. Il avait juré de ne plus voir sa maîtresse mais il n’a pas tenu parole. Il en vient même à demander le divorce. Agatha, ne supportant plus cette situation, veut en finir, elle décide de se suicider. Mais quand arrive le moment, elle n’a pas le courage de le faire. Elle abandonne alors toutes ses affaires pour faire croire à son suicide et court se réfugier chez son amie Nan. Celle-ci lui conseille de s’éloigner quelques jours afin de faire réfléchir son mari.

Durant l’hiver 1926, la reine du crime Agatha Christie disparaît pendant onze jours. Onze jours durant lesquels personne ne saura ce qu’elle a fait. A-t-elle été kidnappé comme le titrait la presse de l’époque? Les rumeurs iront bon train jusqu’à imaginer qu’elle a été assassiné.

Brigitte Kernel prend cette histoire comme point de départ et imagine ce qui a pu se passer pendant ces quelques jours d’absence. Elle se base sur des faits réels de la vie de la romancière.

Celle-ci venait de perdre sa mère et son mari la trompait effectivement.

A partir de tout ça Brigitte Kernel nous offre un roman intriguant et passionnant dans la veine de la célèbre auteure anglaise. Il est ironique de se dire que cette femme qui osait imaginer des intrigues très complexes et parfois très noires, pouvait être une femme fleur bleue qui ne supportait pas que son mari la quitte.

A l’instar des romans de Christie, celui de Brigitte Kernel ne manque pas d’humour.

Un bon moment en perspective.

Édition Flammarion.

 

« L’ours est un écrivain comme les autres » de William Kotzwinckle

"L'ours est un écrivain comme les autres" de William Kotzwinckle. Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.

« L’ours est un écrivain comme les autres » de William Kotzwinckle. Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.

Vous aimez les histoires décalées?
Vous avez envie d’une histoire insolite?
Voici ma potion:

Arthur Bramhall veut devenir écrivain. Petit prof d’université il décide de reprendre à son compte un roman déjà unanimement plébiscité. Malheureusement la cabane dans laquelle il s’était retranché pour écrire disparaît en fumée. Il se voit contraint d’écrire un nouveau roman. Échaudé par son premier essai, il décide, une fois son manuscrit fini, de le cacher dans une mallette au pied d’un arbre.

Mais un ours qui avait observé son manège déterre la mallette, se plonge dans la lecture du roman et y voyant un succès part pour New-York afin de se faire publier.

L’ours va faire sensation, son charisme ne va pas passer inaperçu et le livre va devenir un best-seller.

Voilà un point de départ pour le moins original.

L’auteur s’amuse à dépeindre le milieu de l’édition en s’en moquant allègrement. Personne ne s’aperçoit que ce fameux auteur, un peu bourru, est en fait un ours. William Kotzwinckle propose une critique grinçante de la société de consommation, avec des personnages hauts en couleur.

Le parallèle est fait entre l’ours qui s’humanise de plus en plus en devenant célèbre, qui profite pleinement des joies de la richesse et Arthur qui lui se transforme en ours et se retire dans une caverne pour hiberner.

« L’ours est un écrivain comme les autres » est un roman très drôle et très caustique qui vous fera passer un bon moment.

Édition 10/18

« Oh la vache! » de David Duchovny

"Oh la vache" de David Duchovny. Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.

« Oh la vache » de David Duchovny. Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.

Vous aimez les histoires farfelues?
Vous pensez que la vérité est ailleurs?
Voici ma potion:

C’est l’histoire d’une vache prénommée Elsie Bovary.

Elle vit dans une ferme américaine, elle a la belle vie, paisible avec sa copine Mallory. Elle mange de l’herbe, le fermier la traie matin et soir, elle se fait draguer par les taureaux du champ voisin. Bref tout va bien.

Jusqu’au jour où, prise d’une envie d’évasion, elle sort de son enclos et s’approchant de la ferme, elle voit à la télé le programme que regarde la famille du fermier. Elle comprend alors qu’elle n’est destinée qu’à être mangé et comprend aussi pourquoi sa mère a disparu du jour au lendemain. Apprenant qu’en Inde les vaches sont intouchables, elle décide de s’enfuir là-bas.

Elsie va être aidée dans son entreprise par un cochon, Shalom, anciennement Jerry avant sa conversion, qui lui veut aller en Israël, et par Tom, le dindon, qui veut aller en Turquie (turkey signifiant dindon en anglais ;-)) .

Tout ça peut sembler bien gentillet s’il n’y avait tout le fond que sous-entend David Duchovny. Il parle bien évidemment ici de nationalité, d’identité, de religion, de végétarisme, tout ça avec des animaux comme héros.

Pour son premier roman, Duchovny nous régale avec son humour déjanté et ses situations rocambolesques.

Une fable à lire avec délectation.

Édition Grasset

« Debout-Payé » de Gauz

"Debout-payé" de Gauz. Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.

« Debout-payé » de Gauz. Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.

Vous avez envie d’un roman sans concession?
Vous aimez l’humour noir?
Voici ma potion:

« Debout-payé: désigne l’ensemble des métiers où il faut rester debout pour gagner sa pitance. »

Dans ce premier roman, Gauz nous embarque dans la vie de différents personnages. Ossiri, étudiant ivoirien qui débarque en France dans les années 90, et Ferdinand, qui lui, atterrit en France dans les années 60. Malgré les années qui séparent ces deux ivoiriens, malgré la société qui évolue, ils ne trouveront qu’un seul emploi, celui de vigile.

Gauz raconte l’histoire de ces africains de manière humoristique, mais d’un humour très mordant. On rit beaucoup, surtout lors des intermèdes où l’on a un aperçu des situations incongrues qui arrivent aux vigiles. On a droit aussi à quelques réflexions générales sur le métier plutôt cocasses. Ils surveillent, on ne les voit plus mais eux voient tout.

« Axiome de Camaïeu: Dans un magasin d’habits, un client qui n’a pas de sac est un client qui ne volera pas. »

« Souvent les femmes grosses commencent d’abord par essayer des habits plus petits…avant de disparaître avec la bonne taille dans les cabines d’essayage. »

Beaucoup d’humour donc mais sans une grosse dose d’ironie et de causticité. Gauz décrit le quotidien des africains déracinés de manière très lucide et sans compromis, demanière authentique car lui-même est passé par là.

Un livre sur la société de consommation, sur l’immigration, sur les banlieues, autant de sujets brûlants.

Un roman drôle et important.

Édition Livre de poche

« Les ennemis de la vie ordinaire » de Héléna Marienske

"Les ennemis de la vie ordinaire" de Héléna Marienske. Chronique de livres et conseils de lecture par MLBA.

« Les ennemis de la vie ordinaire » de Héléna Marienske. Chronique de livres et conseils de lecture par MLBA.

Envie d’une comédie réjouissante?
Vous aimez les situations rocambolesques?
Voici ma potion:

Clarisse, psychologue, a une drôle d’idée. Elle décide de réunir dans un groupe de paroles certains de ses patients atteints d’addiction. Il s’agit bien entendu d’addictions différentes: alcool, sexe, drogue, jeux etc.. Cela part d’une bonne intention, elle pense que s’ils échangent, qu’ils discutent entre eux, cela va les aider à surmonter leurs problèmes et pourquoi pas à les guérir.

Mais malheureusement, les patients de Clarisse sont peu réceptifs à cette nouvelle méthode et ne sont pas très motivés pour s’en sortir. Ils en viennent petit à petit à s’échanger leurs dépendances. Il va vraiment y avoir un effet de groupe mais pas celui attendu par la psychologue.

Héléna Marienske propose un roman jubilatoire où les personnages sont tous aussi excentriques les uns que les autres. Par exemple, Jean-Charles, le curé accroc à la cocaïne, Damien, le prof d’université adepte du sexe intensif, ou encore Élisabeth la femme au foyer alcoolique brimée par son mari.

Les situations sont cocasses et le glissement de la dépendance d’un personnage à un autre est des plus drôles. Plus la situation échappe à notre psy, plus celle-ci développe elle-même des addictions.

Un roman sur une thérapie de groupe plus qu’originale qui portera malgré tout ses fruits.

Jouissif et déjanté!

Édition Flammarion.