« Les jonquilles de Green Park » de Jérôme Attal

"Les jonquilles de Green Park" de Jérôme Attal. Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.

« Les jonquilles de Green Park » de Jérôme Attal. Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.

Vous avez envie de passer un bon moment?
Vous avez envie d’un peu de douceur dans ce monde de brutes?
Voici ma potion:

Tommy, 13 ans, vit avec ses parents et sa grande sœur Jenny. Nous sommes en 1940 à Londres, à l’approche de Noël. Les allemands ont commencé les bombardements stratégiques et il faut régulièrement que toute la famille se mette à l’abri dans les sous-sols prévus à cet effet.

Le père, inventeur, reste à la maison en attendant de trouver « la » bonne idée. Il est sur un projet de tatou géant qui permettrait de sauver tous les enfants de Londres. La mère travaille à l’usine afin de subvenir aux besoins de la famille. La grande sœur, fan de Clark Gable, veut rejoindre le corps des jeunes filles volontaires du Saint Thomas’ Hospital.

Tommy est un rêveur. Il veut devenir écrivain et se sert souvent de son quotidien pour alimenter ses histoires. Ses copains et lui sont fans de super-héros et de cinéma. Ils s’imaginent constamment à la place de leurs personnages préférés.

Et il y a aussi Mila dont il est secrètement amoureux.

Jérôme Attal propose au lecteur une sorte de conte d’apprentissage. Un récit sur l’adolescence avec tous les tourments que cela peut comporter mais en temps de guerre, ce qui donne une dimension différente à tout le récit. Même si le malheur plane les adolescents restent des ados, mais avec un rapport direct avec la mort.

La langue de l’auteur est très belle, très poétique, on se régale à chaque tournure de phrase.

« Moi, Tommy Bradford, je me battrai dans ce monde pour une raison toute simple : pouvoir continuer à marcher dans les rues en pensant au mystère agréable qu’est le sourire de Mila »

« Le métier d’inventeur de mon père, je pense que c’est comme un pari sur l’avenir. Qu’un jour, il trouvera l’invention qui changera la manière qu’on a de voir ou de vivre les choses »

On sent une tendresse très forte pour ses personnages. Ce Tommy est un sacré loustic mais il est tellement attachant qu’on le suit jusqu’au bout avec plaisir.

Ce roman vous touchera en plein cœur, c’est certain.

Édition Robert Laffont

« Amelia » de Kimberly McCreight

"Amelia" de KImberly McCreight. Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.

« Amelia » de KImberly McCreight. Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.

Vous aimez les romans à suspense?
Vous pensez que l’adolescence n’a pas de secret pour vous?
Voici ma potion:

Kate élève seule sa fille, Amélia, 15ans. Malgré son travail d’avocate très prenant, elle s’occupe de son mieux de sa fille, qui est une adolescente sans réel problème. Bonne élève au lycée, intelligente et très calme.

Pourtant un matin Amélia saute du toit de son lycée. Une enquête bâclée conclue à un suicide.

Quelques semaines plus tard alors que Kate décide de reprendre le travail, elle reçoit un sms lui disant que sa fille ne s’est pas suicidée. Aidée d’un nouvel inspecteur, Kate cherche à savoir ce qui s’est réellement passé. Elle va alors devoir fouiller dans la vie de sa fille et ne va pas être au bout de ses surprises.

Kimberly McCreight propose un thriller mené tambour battant. Dès le début elle attrape le lecteur pour ne plus le lâcher.

La narration n’est pas pour rien dans cette attractivité. L’auteur alterne le présent avec Kate qui découvre ce qu’il se passait dans la vie de sa fille, et le passé avec les derniers jours de Amélia racontée par elle-même.

Amélia traite des pressions et harcèlements dont peuvent être victime les adolescents. Tout ce qu’un ado est capable de faire pour s’intégrer à un groupe.

C’est aussi la découverte de la sexualité.

Sous couvert de thriller et de suspense, ce roman traite de nombreux sujets de société universels.

Un roman percutant et effrayant pour ceux qui ont des enfants.

Édition Cherche Midi

« On ne voyait que le bonheur » de Grégoire Delacourt

"On ne voyait que le bonheur" de Grégoire Delacourt. Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.

« On ne voyait que le bonheur » de Grégoire Delacourt. Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.

Envie d’un roman bouleversant et poignant?
Vous aimez Laura Kasischke ou John Irving?
Voici ma potion:

Antoine est expert en assurances. Il a passé sa vie à donner un prix à la vie des autres. Combien peut valoir un bras cassé ou la perte d’un enfant. A force d’estimer la vie des gens, Antoine se demande combien vaut la sienne. Chaque chapitre va revenir sur un moment de son existence et la valeur qu’il va donner à ce moment.

Antoine est divorcé, a peu d’amis, deux enfants qui s’éloignent de lui , des relations conflictuelles avec son père. Il a peu de considération pour lui-même jusqu’à commettre des actes irréversibles.

Ce livre est construit en trois parties, les deux premières ayant pour narrateur Antoine et la dernière partie racontée du point de vue de sa fille. Trois parties, trois rythmes différents qui permettent au lecteur de rester accrocher.

Grégoire Delacourt nous plonge dans les tourments d’un homme. Comment l’héritage des parents, l’attitude qu’ils ont eu, influent sur le comportement une fois adulte. Et surtout jusqu’où est-on prêt à aller par désespoir. Toujours avec des mots très justes, il nous fait partager la souffrance de son personnage et son désarroi face à la vie. On entre en empathie complète avec lui et on est forcément chamboulé.

La dernière partie écrite comme le journal intime de la fille d’Antoine est très forte, émouvante. Elle a un long chemin à faire pour pardonner à son père.

Sans aucun doute le meilleur roman de Grégoire Delacourt à ce jour.

Édition Lattès

« Joyland » de Stephen King

"Joyland" de Stephen King. Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.

« Joyland » de Stephen King. Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.

Vous avez envie d’un roman qui vous transporte et vous émeuve?
Vous aviez aimé Stand by me du même King?
Voici ma potion:

En 1973, Devin Jones trouve un job d’été à Joyland, parc d’attractions à l’ancienne, aux antipodes de Disneyland. Il est engagé pour faire un peu tout mais surtout pour rentrer dans la peau de la mascotte, Howie le chien gentil.

Devin cherche à s’occuper, à gagner de l’argent cet été-là mais aussi à oublier Wendy, son premier amour qui lui a brisé le cœur. Lui était fou amoureux à la différence de sa belle.

Dès son entretien avec sa future logeuse, il entend des rumeurs sur un meurtre qui aurait eu lieu dans la Maison de l’Horreur, fameuse attraction de Joyland, et sur le fait que la jeune fille assassinée serait toujours en train de rôder là-bas. La diseuse de bonne aventure lui fait aussi d’étranges prédictions.

Joyland va lui apporter bien plus que de l’argent.

Ceux qui attendent du maître Stephen King qu’il vous glace d’effroi et vous face trembler de terreur, passez votre chemin. Ici pas de voiture diabolique ou de chien mutant! Bien sûr on y trouve un fantôme et un garçon qui a un don spécial mais Joyland c’est surtout l’histoire de l’apprentissage de l’âge adulte, comment on peut se remettre de la rupture de son premier amour.

Des personnages très émouvants et si vous n’y prenez pas garde il est possible que vous versiez une larme.

Personne ne sait comme Stephen King décrire les affres de la jeunesse, toutes les peurs, tous les désirs qui animent les jeunes dans ce douloureux passage à la maturité.

Joyland comme un véritable récit initiatique.

Edtion Albin Michel

« La ballade d’Hester Day » de Mercedes Helnwein

"La Ballade d'Hester Day" de Mercedes Helnwein. Chroniques de livres et conseis de lecture par MLBA.

« La Ballade d’Hester Day » de Mercedes Helnwein. Chroniques de livres et conseils de lecture par MLBA.

Envie d’un road-trip un peu dingue à l’américaine?
Vous aimez Arto Paasilinna et Russel Banks?
Voici ma potion:

Hester Day est une jeune fille, pas vraiment comme les autres. Aucune des activités de son âge ne l’intéresse, Hester s’ennuie et ne veut pas aller à l’université. Son franc parler et ses remarques rendent sa mère folle de rage, elle qui voudrait voir sa fille devenir neurochirurgienne. A l’approche de ses 18 ans, elle se met en tête de vouloir adopter un enfant, histoire de faire quelque chose. Afin d’adopter, elle propose à Fenton Flaherty, poète à ses heures perdues et assidu de la bibliothèque, de se marier. Celui-ci accepte pensant que cela lui donnera de l’inspiration.

Malgré le mariage, on ne lui accorde, bien évidemment, pas le droit d’avoir un enfant. Hester, sur un coup de tête, décide de partir, elle embarque avec elle son cousin, Jethro, petit garçon très futé de 10 ans. Accompagné de Fenton qui possède un camping-car, les voilà parti pour un road-trip à travers les Etats-Unis.

La ballade d’Hester Day est un livre très réjouissant et très drôle. Le personnage d’Hester ainsi que ses acolytes de voyage sont tous en marge de la société, ils ne trouvent pas leur place dans le monde, mais sans vraiment avoir le sentiment d’être des incompris. Ils sont inconscients de leurs actes, surtout Hester.

Leur voyage est parsemé de moments improbables. Ils sont un peu les beatniks des temps modernes. A la recherche du bonheur, comme tout le monde après tout, mais pas de la même manière. Entre humour et émotion, laissez-vous embarquer dans la ballade d’Hester Day.

Edition La Belle Colère